EAP

Pastorale de la santé : témoignage de Cécile 92 ans.

La vieillesse est un lent naufrage disait le général De Gaulle.

Il est évident qu’humainement on peut considérer la vieillesse comme un lent naufrage. Bien vivre le grand âge n’est pas facile. De nombreuses personnes âgée  se sentent inutiles et considèrent leur vie désormais sans intérêt. Il n’y a pas d’autre alternative que d’accepter l’usure de notre corps, inéluctable, la mutation profonde de notre être. La vieillesse n’est pas une dégringolade, mais c’est un temps où la sagesse est à la porte. À nous d’en saisir le chemin.

Le secret du « bien vieillir » se trouve, pour moi, dans l’acceptation de ce qui est aujourd’hui. En acceptant la perte – en tous domaines – de ce que nous avons été, nous pourrons entrer dans un autre mode de vie et d’évangélisation, plus secret, plus mystérieux, où l’offrande silencieuse de soi-même et de ses souffrances garde toute sa valeur, même si elle n’est connue que de Dieu seul.

La vieillesse nous impose un voyage au pays de l’intériorité. Accepter de vieillir est un travail de deuil, un travail d’adaptation et d’acceptation qui devrait nous conduire à l’abandon. Plus on est dépouillé plus on est réceptif aux grâces qui nous sont données. N’ayant plus rien à perdre on peut se retrouver comme un enfant conscient de ses erreurs, mais confiant en l’amour du Père et de ce fait, s’abandonner. Ne nous décourageons pas. Dieu sait utiliser nos faiblesses, notre fragilité, pour en tirer des lumières pour notre vie spirituelle mais aussi un bien pour sa Gloire.

La mission de la personne âgée sera de témoigner des valeurs qui compte vraiment. Devenu offrande et prière, la personnes âgée est d’une immense richesse. Si elle accepte, malgré la dégradation à tous niveaux, d’entrer dans un autre mode de vie plus secret, elle trouvera non plus la liberté de faire mais d’être. Et si elle parvient à vivre dans l’acceptation et, mieux encore dans la confiance et l’abandon, elle trouvera paix, joie intérieur et sérénité. Elle gardera ainsi un cœur d’enfant, disponible au désir de Dieu et pourra communiquer une sagesse du cœur, une sagesse de vie. Là est pour moi le secret du bien vieillir.

Entrons, avec Marie, dans le secret du cœur du Christ et écoutons Tout ce qu’il a à nous dire.

D’après un témoignage de Cécile, 92 ans

Paru dans « livret de la Pastorale de la santé, 2022 »